Turquie : bilan & conseils aux voyageurs

Nous avons passé deux mois en Turquie et avons fait 2 050 km (voir la carte de notre itinéraire). Nous y étions les mois de janvier et février 2016.

L'Imam et son épouse

L’Imam et son épouse

La Turquie… Selon l’actualité, c’est la guerre dans la partie sud-est du pays et la crise des réfugiés… Mais pour notre part, nous l’avons vécue comme un pays au paysages variés, souvent superbes, très froid en hiver, où les gens sont souriants et très accueillants.

Les cartes utilisées :
N
ous avons utilisé pour la partie ouest du pays la carte “ITM de la Turquie Ouest au 1/550 000ème” offerte par La Compagnie des Cartes. Elle précise bien les reliefs, kilométrages et petits villages, fort utiles en fin de journée pour tenter de se faire héberger. La typographie est assez différente de nos cartes habituelles, mais on s’y habitue vite. Le problème ; passé un tiers du pays, il nous faut trouver une autre carte, car celle ci s’arrête !
C’est alors un petit atlas que nous trouvons, le XXX plus précis que la carte précédente.Toute les routes asphaltées sont présentes mais il manque une vue d’ensemble du pays pour apprécier des distances.

Les routes et le trafic routier :
160205-goreme11La plupart des routes sont de larges 2×2 deux voies, en très bon état. Un peu impressionnant au début mais les cyclos que nous sommes se sentent vite en sécurité car la « bande d’arrêt d’urgence » est très large. On peut même rouler côte à côte. Le long de la mer Noire les tunnels se succèdent. On peut parfois y échapper par l’ancienne route. Mais globalement, les automobilistes ralentissent dans les tunnels.
Le trafic est assez dense sur les axes principaux, entre les grandes villes mais beaucoup plus tranquille ailleurs. Sur les petites routes d’Anatolie les routes sont quasiment désertes.

160205-goreme07Nous avons particulièrement aimer rouler sur les petites routes entre Eskisehir et la Cappadoce en passant par le Tuz Golu (grand lac de sel au centre de la Turquie).
Par contre la côte de la Mer Noire entre Samsun et la frontière géorgienne est ennuyeuse, dangereuse et il y est difficile de trouver des endroits pour bivouaquer.

Infos pratiques cyclos :

  • Nous achetions de l’eau minérale, l’eau disponible aux abords des mosquées était potable.
  • Les mosquées sont d’ailleurs signe de présence de toilettes et également de lieu pour dormir en cas de mauvais temps ! Ne pas hésiter à y demander l’hospitalité dans les villages voire les petites villes.
  • Il est très facile de se procurer de l’eau chaude si vous avez un thermos, car les turcs en font chauffer en permanence pour le thé.
  • Les markets sont ouverts tous les jours.
  • Les chiens n’ont pas été agressifs avec nous, même s’ils sont impressionnants, ils n’ont jamais rien fait d’autre que d’aboyer.
  • Internet : c’est encore assez facile de trouver une connexion, parfois au milieu de rien un petit café en aura une.
  • Prendre un bus ou un train avec les vélos se fait bien. Un petit supplément au chauffeur est demandé… Ne pas hésiter à essayer de négocier.
  • Après une nuit à -10°C

    Après une nuit à -10°C

    Faire du camping sauvage est facile. Avec l’accord des locaux, on peut poser la tente au pied des maisons sans problème ! Mais surtout, les stations essences truques sont vos amis ! De véritables caravansérail des temps modernes.

  • Les turcs sur Warmshower sont très réactifs dans la mesure où vous les contactez directement par téléphone. Le groupe Warmshower Turquie sur Facebook peut aussi vous sauvez la mise.
  • La communication en anglais n’est pas évidente, surtout hors des villes. Apprendre quelques mots de turcs s’est révélé être très pratique et convivial.
"Petit" déjeuner

“Petit” déjeuner

Nourriture : Les turcs sont les rois des petits déjeuner !

  • Le halva nous a sauvé du froid de l’hiver. C’est une pâte de sésame qui se révèle très énergétique.
  • Il faut gouter au Salep, la boisson à base de bulbe d’orchidée. Original et réconfortant !
  • La viande est très présente un peu partout
  • voir notre article où nous parlons de la nourriture en Turquie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *