Du lac d’Iseo à Lonigo

7 juillet Salerano → Lac d’ Iseo

Nous partons de très bonne heure pour profiter un peu de la fraicheur matinale. A 9h nous avions déjà fait 40kms ! L’air frais nous fait le plus grand bien ! Nous décidons de mettre le cap vers les lacs du nord en espérant y trouver une atmosphère plus respirable.

Nous arrivons vers midi à Romano di Lombardia où nous restons jusque 17h dans un bar climatisé. La fraicheur nous redonne de l’énergie et nous décidons de rallier le lac d’Iseo le soir même : c’est à dire ajouter 30km aux 60 déjà effectués!

Pour notre plus grand bonheur, plus nous nous rapprochons du lac, plus les températures deviennent supportables. Et après plus de 90kms, notre plus longue étape à ce jour, nous atteignons notre but et nous nous installons dans le premier camping de notre voyage. Le gérant nous demande tout d’abord 27euros pour que l’on puisse poser la tente. A peine lui expliquons-nous que c’est trop cher pour nous qu’il nous propose deux fois moins cher si nous partons le lendemain matin. Surpris, nous acceptons son offre.
Les vélos à peine « garés », nous nous jetons dans l’eau ! La récompense est à la hauteur des efforts fournis pour faire les 94km !

Rafraichis, nous passons une nuit bien plus douce et reposante que les précédentes.

8 juillet : Lac d’Iseo → Passirano

Journée placée sous le signe du repos ! On visite la petite ville d’Iseo, très touristique mais plutôt jolie avec son petit port de plaisance et sa vieille ville. Nous prenons le temps de nous reposer et chercher si un Warmshower pourrait nous accueillir le soir. Quelques minutes après nous recevons une réponse positive non loin d’ici !

Nous arrivons en début de soirée, après une bonne grimpette, chez Edwige, Maurizio, leurs trois enfants, Helena et la maman de Maurizio. Ils habitent une belle et grande maison aux poutres apparentes et plafonds hauts à Passirano. Un beau jardin, un potager et des poules complètent le tableau.

Hedwige est française et Maurizio italien (sans blague!). Toute la famille parle français, ça fait du bien de pouvoir échanger plus en profondeur.

Hedwige et Maurizio ont repris cette grande maison dans le but d’aider des femmes en difficulté.

Nous passons une très agréable soirée à parler voyages, vélo, Italie, etc. et à écouter les jeunes jouer du piano et du violon, tout en admirant les créations en terre d’Edwige.

Nous passerons la nuit dans une grande chambre et un grand lit : le grand luxe !

9 juillet : Passirano → Molinetto

Après avoir pris le petit déjeuner « en famille », nous échangeons nos premières semences. Nous recevons des graines de roquette et de blette venant du grand père italien ! Edwige a commencé un potager l’an dernier qui a déjà fière allure et compte bien l’enrichir à l’aide de nos semences Kokopelli!

Photo souvenir et « au revoir » et nous partons direction Brescia. Une piste cyclable est censée nous amener directement au lac de Garde. Elle nous fait faire de nombreux détours mais nous amène à bon port sur de petites routes bucoliques.

Nous traversons et quittons Brescia en traversant une interminable zone commerciale. Nous finissons par trouver un champ caché de quelques arbres, cela fera l’affaire car il est déjà tard ! Des klaxons se font entendre à répétition. Ce sont les voitures qui passent sur la petite route à côté, ils préfèrent klaxonner dans les virages plutôt que ralentir… C’est une façon de faire…

10 juillet : Molinetto → Manerba del Garda → Desenzano

Après une bonne nuit reposante, on commence à vraiment bien récupérer du coup de chaleur de la semaine précédente, nous partons tôt vers le lac de Garde. Il s’agit du plus grand lac d’Italie. Nous suivons un itinéraire cyclable (=balisé sur de petites routes). Ca monte, ça descend, le lac se fait désirer. Puis, au moment où l’on s’y attendait le moins, au détour d’un virage, nous le découvrons depuis les hauteurs !

Nous décidons de continuer un moment sur les petites routes en balcon pour profiter de la vue mais la petite balade entre champs et (le seul) troupeau de mouton d’Italie se transforme vite en montagnes russes entre villas et piscines privatives.

Nous bifurquons donc vers Manerba Del Garda pour aller au bord du lac. Petit port de plaisance, plage de petits cailloux, palmiers, villas et eaux limpides ; on se croirait sur la côte d’azur… On peste un petit peu contre cet affichage de richesses mais profitons tout de même de ce paysage magnifique !

Après un pique-nique aux couleurs de l’Italie (Piadina au pesto, mozza et tomates) et une bonne baignade, nous partons vers Desenzano, la plus grosse ville au bord du lac où Oscar, un couchsurfeur doit nous héberger pour la nuit. Il est impensable de poser poser la tente quelque part ici… Dommage.

Oscar nous reçoit donc dans son appartement, face au lac et juste au dessus de la marina dans laquelle il travaille. On se repose et allons faire un tour en ville avec lui. Il parle bien français et joue le guide pour nous.

Desenzano est une ville qui ne semble vivre que du tourisme. Du tourisme de luxe d’ailleurs !

Entre les grands hôtels, les somptueuses villas et les boutiques de luxe ne circulent que de grosses voitures allemandes. Nous avons trouvé le Saint Tropez Italien ! La soirée se termine dans un grand bar à ciel ouvert. Autour de nous, un défilé de « minettes » hyper maquillées, aux talons démesurés et aux robes, on l’imagine, hors de prix ! On fait un peu « cheap » en sandales et t-shirt de sport…

11 juillet : Desenzano → Villafranca di Verona

Sentiments un peu contrastés au moment de quitter Desenzano. Un superbe endroit dans un cadre magnifique mais réservé aux seuls plaisirs d’une minorité richissime.

Après quelques kilomètres le long de la côte privatisée, nous rejoignons une jolie piste cyclable le long de la rivière Mincio bleue turquoise et qui sort du lac de Garde. Nous suivrons cette agréable voie verte jusqu’à la ville médiévale de Valeggio Sul Mincio. Remplie de touristes l’oeil rivé dans leur appareil photo ou leur smartphone, nous la quitterons rapidement en suivant les petits panneaux marrons d’une piste cyclable….farceuse ! Sauf que quand il fait très chaud et que la blague nous fait tourner en rond sur une route nationale, c’est tout de suite beaucoup moins drôle.

Nous divaguerons ensuite entre pêchers, « kiwitiers » et mandariniers jusqu’à Villafranca, sur une bien meilleure route.

Le soir venu, nous nous enfonçons dans un petit chemin qui nous mène sur une propriété agricole. Quelqu’un est en train de jardiner dans un potager. Nous lui demandons en « Franglitalien » s’il est possible de poser la tente ici, le fameux « posiamo metere la tenda qui per piacere ? ».
Après quelques minutes d’attente pour avoir l’accord du propriétaire, nous sommes autorisés à passer la nuit ici. Il nous donne de l’eau fraîche et des pêches !
Nous nous installons et commençons à nous préparer à manger. Les enfants reviennent nous voir pour nous offrir des œufs frais juste avant que les voisins viennent nous saluer et nous offrir des tomates très fraîches ! Notre repas devient un banquet !

Plus tard dans la soirée, nous aiderons les deux bambins à monter leur tente : visiblement, ils veulent nous imiter !

12 juillet : Villafranca di Verona → Gazzolo

Nous partons tôt le matin après avoir laissé un petit mot et quelques graines de melon à nos hôtes d’un soir pour les remercier.

Nous comptons atteindre ce soir Gazzolo où Cristian, de Warmshower, nous hébergera. Nous empruntons d’agréables petites routes de campagne au milieu des vergers. Nous faisons pas mal de détour mais au moins, nous ne sommes pas au contact de la circulation.

Nous trouvons une voie réservée au vélos le long de l’Adige, une belle rivière qui descend directement des Alpes, que nous suivrons une bonne partie de la journée.

Nous arrivons à Gazzolo en fin de journée et passons une très bonne soirée en compagnie de Cristian, son ami Ricardo et son chien Pepa ! Cristian nous a concocté un super diner et nous sert de bonnes bières et un vin pétillant, de type champagne local !
Les deux amis sont déjà partis plusieurs fois à vélo en Europe et nous passons une bonne partie de la soirée à parler voyage à vélo, mais également agriculture biologique, semences, projet Lyon -Turin et TTIP!

13 juillet : Visite de Verona

Cristian accepte que nous restions une nuit de plus et nous conduit à la gare pour que nous puissions nous rendre à Verona sans nos vélos. En effet nous devons y récupérer un courrier alors nous en profiterons pour visiter a ville mythique de Roméo et Giulietta : exactement notre genre!

A 8h15 pétante, nous sommes à Verona. Nous profitons de la matinée et du peu de monde dans la ville pour y faire un petit tour touristique : les arènes, vieilles de 2000 ans, les églises, plus grandioses les unes que les autres, et le fameux balcon de « Giulietta ». La statue en bronze de la jeune femme est un véritable aimant à touristes. Tous se prennent en photo avec une main sur son sein droit…

Ensuite, nous nous rendons au bureau de poste où l’on nous dit que le courrier n’est pas encore arrivé et que ça peut prendre jusqu’à 10 jours entre la France et l’Italie… ok… Nous allons devoir changer nos plans et rester quelques jours de plus dans le coin.

Un peu dépités car nous pensions rejoindre la mer et la fraîcheur assez rapidement, nous reprenons le train pour rentrer à Gazzolo. Cristian nous propose d’aller manger une pizza (deuxième de la journée) avec son amie, Silvia, à quelques kilomètres.

Sur la route nous nous arrêtons à NaturaSi, un magasin bio sur le point de fermer pour tenter d’obtenir des contacts de producteurs bio ou d’associations. La responsable n’en a pas mais promet de rappeler Cristian dans la soirée…
Sur les hauteurs de Soave, nous passons un très bon moment avec une belle vue sur la plaine et un Limoncello en guise de digestif !

En rentrant, à l’aide de nos hôtes, nous changeons nos plans et décidons d’aller, le lendemain, à la rencontre d’une exploitation agricole biologique tenue par un français, « Organic Forest », située non loin de Gazzolo.

14 juillet : Gazzolo → Lonigo

Après avoir passé deux soirées en compagnie de Cristian et Silvia, nous partons en début de matinée et mettons le cap vers Lonigo, non loin de San Bonifacio pour tenter de trouver l’azienda (exploitation agricole) « Organic Forest », tenue par un français. Sur la route, nous traverserons une petite ville du nom de Madonna qui s’affiche « Ville sans OGM ». Les OGM seraient-ils par conséquent autorisés en Italie… ?

Une fois à Lonigo, nous nous faisons indiquer le chemin de l’exploitation par deux personnes qui connaissent « le français qui fait du bio ». Il commence à faire très chaud et nous devons nous diriger vers les collines « Monte Berici ».

La montée de quelques kilomètres n’est pas très longue comparée au Mont Cenis, mais la chaleur est étouffante. C’est avec soulagement que nous atteignons l’azienda mais le propriétaire est absent pour la journée. Nous laissons tout de même nos coordonnées aux ouvriers au cas ou il pourrait nous recevoir plus tard dans la semaine.

Nous redescendons donc à Lonigo où nous passons l’après-midi à l’ombre des arcades de la ville.

La fin de journée nous réservera un scenario pour le moins inattendu…

4 commentaires

  1. MAIS QUEL SUSPENCE !!! Dis donc ça fonctionne au top pour vous les couch surfing et warm shower, c’est cool (ça compense les déceptions postales…). Des bisous les aventuriers !

  2. Claire , nath et francoise

    Ha les coquins, QUEL SUSPENSE!
    Maman est ok pour un skype quand vous voulez! Elle l’a installé!
    Bonne route et merci pour ces récits bien ecrits qui nous font voyager…
    ON vous embrasse!

  3. Bravo pour vos récits très bien racontés ! On attend avec impatience l’épisode suivant… Et mention spéciale pour la carte avec votre itinéraire tout tracé. On va enfin pouvoir suivre votre route sans s’évertuer à la rechercher sur Google Maps. Bisous à tous les deux.

  4. C’était un plaisir vous connaitre, bonne continuation de voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *