Qui sommes nous?

REMY

ELISABETH

portrait-remy02J’ai 28 ans et suis originaire du Nord de la France. Après avoir fait une formation dans l’audiovisuel, je suis parti m’installer dans les Alpes, d’abord à Annecy pendant trois ans puis à Chambéry. Je travaille maintenant en tant que photographe.
Le désir de voyager se manifeste chez moi depuis une dizaine d’années mais les profondes convictions que je mûris ne m’ont pas permis de partir très loin.
En effet, je ne conçois pas de prendre l’avion pour de courts séjours et/ou de courtes distances.
La France a été jusqu’à maintenant ma principale destination. J’ai pu entre autre découvrir les Alpes par de multiples randonnées, la Corse grâce au WWOOFING (gîte et couvert offert par un hôte, souvent un paysan en agriculture ou élevage biologique, en contrepartie de quelques  heures de travail) et la Bretagne, à vélo, avec Elisabeth.
Ce premier voyage via ce mode de transport doux et respectueux, en partielle autonomie, m’a permis de confirmer mon choix du vélo comme moyen de locomotion privilégié.
Après avoir grandit à la campagne puis passé de nombreuses années en ville pour les études et le travail, je rêve aujourd’hui de plus en plus de verdure et de nature. Même si mon parcours n’y mène pas vraiment, je m’intéresse désormais à l’agriculture et plus particulièrement à l’agro-écologie.
Il est temps pour moi désormais de partir vers cet inconnu qui me fascine, vers ces femmes et ces hommes qui me sont étrangers et de me confronter à tous les préjugés dont on nous inonde en permanence dans notre société occidentale aseptisée…

portrait-elisabethJ’ai 23 ans et j’ai grandi dans le bassin chambérien. Ma formation de photographe, un BTS Photo, m’a fait vivre à Lyon puis à Paris, mais j’ai toujours préféré le calme de la campagne aux grands axes pollués. Je suis donc revenue m’installer en Savoie.
J’ai toujours aimé voyager mais je n’ai jamais réellement profité du « voyage en lui même.
J’ai voulu voir le plus possible en peu de temps. J’ai visité les capitales européennes comme bien des touristes, puis j’ai été en Islande faire du volontariat et au Maroc faire une vidéo pour un groupe de «tourisme solidaire».
Ces voyages furent intéressants mais je n’y trouvais toujours pas ce que je recherchais.
La découverte du cyclotourisme m’a fait découvrir un tout autre aspect du «voyage». Lors de notre premier voyage à vélo d’un mois et demi en Bretagne, j’ai découvert la notion de liberté, j’ai appris à être nomade, j’ai découvert ce que sont ces besoins simples et nécessaires tels que trouver de quoi manger et dormir. Je pourrais encore écrire beaucoup sur ce que cela m’a apporté.
Depuis toute petite je suis fascinée par ce monde et curieuse, voulant tout connaître de chaque culture. Des événements familiaux m’ont fait comprendre que si je voulais voyager ce serait maintenant. Ce qui manquait pour concrétiser mon désir de voyage était le moyen. Le vélo est désormais une évidence.
Enfin, voyager est pour moi une occasion de se rendre utile. L’actualité politique et écologique mondiale m’indigne et je sais que si chacun y met un peu du sien on trouve des solutions. Nos idées se conjugant, nous prennons la décision de réaliser ce qui nous tient tant à cœur.